2022-11-29
Journal
de bord
Journal 
de bord

Accédez aux synthèses des événements de la Semaine de l’impact 2022

Jour 1 et 2 - 14 et 15 novembre 2022

Lien vers l’enregistrement

💡 Les vrais entrepreneurs se lancent dans l’aventure par passion et sont portés par une mission. Très peu le font uniquement pour l’argent – Sylvain Carle

La semaine de l’impact est l’une des initiatives de la campagne Startups : le réflexe impact. La campagne, ainsi que la programmation de cette semaine d’activités est le fruit d’une collaboration entre plusieurs acteurs du milieu entrepreneurial innovant de Montréal, dont District 3, l’Esplanade, IDEOS, la Maison de l’innovation sociale, Polytechnique Montréal, Startup Montréal et en partenariat avec le Gouvernement du Québec.

L’objectif :  développer un véritable réflexe dans notre écosystème pour concilier impact social, environnemental et économique chez les startups.

Au programme :

  • 🌱Présentation de la semaine de l’impact 2022
  • 🌍 Ce qui se fait ailleurs dans le monde et 📊 Portrait de l’écosystème d’Impact montréalais et des grands joueurs d’Impact animé par Sylvain Carle
  • 🗣 Réseautage

Intervenants :

Quoi retenir?

  • Il est important de démocratiser l’innovation sociale sous toutes ses formes.
  • 6.8 milliards sont investis en Suède sur l’impact.
  • Les clés du succès : la mesure et la responsabilisation des acteurs du système. Certains secteurs généralement pas associé à l’impact peuvent également en apporter (exemple : le secteur de la Fintech peut avoir un grand impact en créant des initiatives Green Fintech).
  • Danemark en impact : Ils sont en train de développer une stratégie de récolte de données pour pouvoir les diffuser de manière uniforme et ouverte . Il ont également développé et alimenté, dans les dernières 5 années, une base de données mise à disposition du grand public gratuitement.
  • Stockholm : Il s’assure que la communauté est le plus inclusive possible envers l’impact en créant des ponts entre différentes communautés.
  • Les grands joueurs d’Impact montréalais : District 3, L’Esplanade, IDEOS HEC Montréal, La Maison de l’innovation sociale, Polytechnique Montréal
  • Programmation de semaine de l’impact 2022

Pour aller plus loin

Voici quelques sites Web et documents pour vous outiller dans ce sujet :

💡 8 personnes les plus riches au monde détiennent 50% des richesses mondiales, c’est du jamais vu. Joseph El-Khoury

Atelier par IDEOS HEC Montréal sur les enjeux sociaux et environnementaux auxquels nous sommes confrontés quotidiennement.

  • Crise climatique, inégalités sociales, racisme systémique : quel est le rôle des organisations dans la société alors que ces enjeux se font de plus en plus prépondérants ?
  • Quels sont les concepts et les définitions dont on parle aujourd’hui en entrepreneuriat social et qui peuvent nous permettre d’agir sur ces enjeux ?
  • Présentation du concept de création de valeur partagée et de l’importance de la collaboration.

intervenant :

  • Joseph El-Khoury Chargé de projet, Ideos – Pôle gestion de l’impact social – HEC Montréal

Quoi retenir?

  • Dans le contexte actuel, on fait face à plusieurs enjeux comme la crise climatique, la santé mentale, l’inflation, la mobilité, l’effondrement de la biodiversité, l’hyper accélération numérique. Il est important de trouver des interconnexions entre la transition socio-écologique et la transition numérique.
  • Le rôle des entrepreneurs et des organismes de soutien est multiple : nous pouvons agir sur la mise en avant de certifications (ex. BCorp), sur la prise de conscience de la recherche de rentabilité à long terme et non sur la maximisation des profits, tout en faisant attention à ne pas agir comme ‘Hero problem’ et à ne pas sur-responsabiliser l’entrepreneur (qui pourrait avoir tendance à délaisser son projet pour passer plus de temps à évangéliser).
  • Il est important de mettre l’emphase sur la notion de création de valeur partagée et sur le rôle de l’entreprise comme moteur de progrès social et non pas comme moteur de croissance économique.
  • Exemples d’initiatives d’impact : Patagonia, Décathlon, Grameen Danone Food au Bangladesh.
  • Pour intégrer l’impact, il faut commencer par faire de l’analyse interne et externe. Interne : analyser la chaîne de valeur de l’entreprise, toutes les fonctions qui y sont rattachées à celle-ci (RH, opérations) où sont les impacts positifs, négatifs. Externe : analyser la demande des consommateurs, des industries connexes et trouver l’intersection entre la chaîne de valeur et les enjeux de la société et créer un agenda social corporatif.
  • Aller au-delà de la responsabilité sociale d’entreprise(RSE)et penser plutôt à la création de la valeur partagée (CSV-RSE stratégique).

Outils : méthode de Design thinking, l’approche effectuale, Empathy Map Canvas, Théorie du changement, les 5 dimensions avec 23 compétences et qualités (Being, Thinking, Relating, collaborating, acting).

Pour aller plus loin

Voici quelques sites Web et documents pour vous outiller dans ce sujet :

💡 Albert Einstein a dit : “Si j’avais une heure pour régler un problème je passerais 55 min à le comprendre et 5 min à définir la solution” – Jonathan Chaloux

Inspirer, partager, apporter des propositions innovantes sur le thème du vieillissement.

Conférence par District 3 immersive et inspirante :

  • Concepts théoriques et pratiques clés à considérer lors du développement d’un projet d’impact
  • Apprentissages de trois entrepreneur.e.s dans le milieu du vieillissement
  • Action concrète à poser d’ici trois semaines pour faire progresser un projet d’impact

Intervenant.e.s :

  • Janet Torge – Co-fondatrice de Radical Resthomes
  • David Cassidy – Gay and Grey

Modérateur:

  • Jonathan Chaloux, Stratège, facilitateur, coach

Quoi retenir?

  • Quand on voit un défi, on a tendance à aller trop vite au lieu de comprendre et d’observer les solutions existantes et les besoins. Une fois le ou les défis “Gap” identifiés, est-ce que nous sommes les bonnes personnes pour les résoudre ?
  • David Cassidy a partagé sa vie d’activisme pour la communauté gay à Montréal et au Canada et Janet Torge a partagé la réflexion qu’elle eu il y a plusieurs années sur les conditions des aînés dans les maisons de retraite et ce qui l’a amené à créer ‘Radical RestHomes’. Depuis 10 ans, elle va à la rencontre des aînés pour comprendre leurs besoins. Elle évoque les limites de l’aide institutionnelle (gouvernement, organismes) qui a tendance à isoler les aînées (exemple : les grandes tours d’habitation).
  • Radical Resthomes met en avant un mode de vie différent pour les aînés basés sur les bénéfices intergénérationnels et qui voit les aînés comme des personnes capables de prendre des décisions, qui ont besoin de soins mais pas de directives.
  • Plusieurs conseils ont été donnés par les intervenants sur l’importance de parler à la communauté pour laquelle on résout un problème et l’intégrer à la solution, de chercher des alliés et de questionner les mythes sur les aînés.
  • Il faut prendre plus en compte le ‘Social Return on Investment’ : une méthode fondée sur des principes de mesure de la valeur extra-financière en rapport avec les ressources investies. Quel est l’impact pour les parties prenantes d’un projet ? Les externalités positives peuvent être plus grandes que le coût initial d’un projet (exemple de l’installation de bancs dans une ville qui va inciter les aînés à marcher et donc à être en meilleure santé et donc à réduire les coûts médicaux).
  • Il faut chercher les personnes clés qui vont faire avancer le projet. Généralement 50% ne prêtent pas attention au projet que l’on développe, 30% ont un intérêt modéré, 4% sont la locomotive qui va entraîner les 50% et les 30%.

Pour aller plus loin

Voici quelques sites Web et documents pour vous outiller dans ce sujet :

💡 Il ne peut pas exister une organisation durable dans un monde qui ne l’est pas !

Inspirer, partager, apporter des piste de solutions face à la crise climatique !

Atelier immersif et inspirant :

  • Concepts théoriques et pratiques clés à considérer lors du développement de votre projet d’impact
  • Apprentissages de 3 entrepreneur. e. s dans le milieu du changement climatique
  • Action concrète à poser d’ici 3 semaines qui vous fera progresser dans votre projet d’impact

Animé par Ghani Kolli de Crédo Impact

Quoi retenir?

  • Évaluer simplement les facteurs ESG n’est pas la solution, il faut prendre en considération également les autres facteurs externes vus comme des obstacles et des enjeux.
  • L’économie doit être au service de la Biosphère et de la société.
  • La performance de durabilité doit absolument prévoir la prise en compte des seuils sociaux et les limites planétaire.
  • CAPSolar : développe des modules à énergie solaire optimisés pour véhicules électriques, conçus pour prolonger leur autonomie et/ou alimenter les trajets quotidiens des gens en ville. – projet d’ouverture d’une mini usine de panneaux solaires au Québec – Samy Benhamza, cofondateur de CAPSolar : passion pour l’innovation et la proposition de nouvelles solutions pour des enjeux planétaires – volonté de révolutionner l’industrie automobile traditionnelle – CAPsolar a été accompagné par l’Esplanade pour mesurer et améliorer leur impact, mais aussi ajuster leur modèle d’affaires et travailler sur la chaîne de valeur et d’approvisionnement.
  • Noos Technologie : Collaborateur virtuel dédié, Noos met la puissance de l’intelligence artificielle au service de l’intelligence humaine par une dynamique continue de recherche d’informations, d’échanges et création de documents basés sur la pertinence. – Au départ, ils ont fait une grosse erreur ; Il n’étaient pas ancrés avec les valeurs et la réalité de leur clientèle. Il était donc nécessaire de faire un pivot de mentalité, ce qui a pris environ 2 ans.
  • Attention à la dérive de la mission des startups d’impact – cette mission peut-être généré ou dévié par des indicateurs utilisés par institutions et investisseurs qui manque de prise en considération profonde de l’impact.
  • Important d’actualiser la mission de manière régulière – la raison d’être doit toutefois demeurer “l’étoile du Nord” de l’entreprise.
  • Maximiser l’impact au sein d’une startup : Il faut voir l’impact comme une pyramide avec à la base la philanthropie, puis des pratiques écoresponsables, ensuite une chaîne de valeur durable, suivi d’un modèles d’affaires d’impact, de la gouvernance et la culture et finalement tout en haut, la raison d’être.

Pour aller plus loin

Voici quelques sites Web et documents pour vous outiller dans ce sujet :

💡 Chaque entrepreneur.e a 2 minutes pour présenter un projet, sans support visuel, comme dans un ascenseur.

La Maison Notman, en collaboration avec Esplanade, organise Pitch4Good, une compétition de pitch mettant de l’avant les individus concentrant leurs innovations sur des solutions qui contribuent à un monde meilleur, selon les ODD. Idées innovantes par 6 finalistes retenus pour pitcher devant notre jury et rencontrer des (futurs) entrepreneur.e.s qui bâtissent notre communauté d’impact au Québec.

Quoi retenir?

  • Le comité de sélection de l’Esplanade a sélectionné les 6 candidats – cette édition a pour thème l’éducation et le talent – compétition pour une bourse de 5000$ de la Banque Nationale.
  • Jury : Fonds d’investissement au Québec, Banque Nationale, Thésez-vous (OBNL qui soutient les étudiant.e.s et les chercheur.e.s dans la rédaction universitaire), Maison de l’Innovation Sociale.
  • 1: Unique et Dys – mettre fin à la souffrance scolaire, 20 % des élèves ont des difficultés à suivre le parcours scolaire – offrir une aide technique numérique compensatoire, développée en France, développer son autonomie en classe et persévérer.
  • 2: SIMclusion – Simulation d’une entreprise multiculturelle ayant pour cible les étudiants RH et les gestionnaires de PME pour les aider à se familiariser avec le processus et les enjeux de gestion d’une équipe multiculturelle – en phase de développement de prototype.
  • 3: Jeune étoile ! Startop – accompagnement de 10 jeunes femmes (moins de 30 ans) afrodescendantes – 0,4% de femmes afrodescendantes sont des entrepreneures – Il y a peu de soutien et de programme au stade du pré-démarrage.
  • 4: Olie Olie Éducation Inc.- éducation sexuelle pour la petite enfance, plateforme pour accompagner parents et enseignants – fournit des outils et des contenus numériques pour accompagner l’éducation sexuelle de 3 à 12 ans – équipe de sexologues.
  • 5: Cap Inclusive Underrepresented investor pipeline – changer le visage des investisseurs au Québec (89 % des investissements pour des entreprises dirigées par des hommes et 4% des investissements pour des entreprises dirigées par des femmes) – plateforme pour pairer des femmes avec des fonds d’investissement et autres organismes (banques, capital risque, etc.)
  • 6: Mon bras droit éduc – Les étudiant.e.s en situation de handicap rencontrent beaucoup d’obstacles et ils/elles sont environ 60 000 au Québec – plateforme qui met en contact des bénévoles pour aider des étudiant.e.s en situation de handicap (prise de notes, accompagnement, mise en page).
  • Le gagnant est Sim Clusion (choix basé sur les priorités, les enjeux).
  • Première édition de l’événement, il y en aura 3 en 2023.

Pour aller plus loin

Voici quelques sites Web et documents pour vous outiller dans ce sujet :

Jour 3 et 4 - 16 et 17 novembre 2022

💡 La question à se poser : sur quoi puis je avoir de l’influence pour faire bouger les choses? – Hugo Steben

Intégrer l’impact dans le modèle d’affaires des startups que vous accompagnez ? C’est possible !

Présentation des outils utilisés quotidiennement par la Maison de l’Innovation sociale et Ideos – Pôle gestion afin d’intégrer ou de développer, dans les modèles d’affaires des startups, l’impact social et/ou environnemental. Et aussi, comment les intégrer dans vos programmes d’accompagnement ?

Intervenants :

  • Hugo Steben, Directeur de l’entrepreneuriat social à la Maison de l’innovation sociale
  • Joseph El-Khoury, Chargé de projet, Ideos – Pôle gestion de l’impact social – HEC Montréal

Quoi retenir?

  • Impact : ensemble des conséquences d’une activité sur ses parties prenantes.
  • L’approche d’impact n’est pas binaire – on peut intégrer l’impact à différents niveaux de l’organisation (voir l’échelle des niveaux d’impact de Credo Impact).
  • Le pôle IDEOS à la base a été créé pour travailler avec les OBNL, mais à partir de janvier 2023 tous les programmes d’accompagnement entrepreneurial de HEC intègreront l’impact – la démarche pour en arriver là : en 2017 un projet pilote est proposé à l’incubateur entrePrism, puis en 2018 création officielle d’un parcours d’impact social pour entrePrism, en 2020 deuxième pilote (avec L’accélérateur Banque Nationale) et partenariat avec le programme MBA de HEC Montréal, 2021 Pilote avec Parcours Remi-Parcours (intégration officielle en 2022). – Lancement d’une certification en accompagnement entrepreneurial (2023 / 2024).
  • La MIS : À travers ses activités et ses programmes développés et menés par son équipe chevronnée et engagée, la MIS répond aux besoins d’une diversité d’acteurs socio-économiques dans la mise en œuvre de leurs projets à impact social et environnemental, de leur idéation jusqu’à leur déploiement. L’Incubateur civique est un programme qui vise à prototyper et à faire mûrir des idées de projets à impact social et environnemental, imaginés par des actrices et des acteurs de changement.
  • Il faut travailler sur sur le passage à l’action et sur la notion de confiance : le mindset est important, ainsi que le développement des méta-compétences – on se donne l’objectif de développer les méta-compétences aussi dans les différentes étapes du parcours et de travailler aussi sur la formation des coachs et la complémentarité entre ceux-ci (pour aider à avoir un regard à 360 degrés).

Pour aller plus loin

Voici quelques sites Web et documents pour vous outiller dans ce sujet :

💡 Il faut cibler d’autres indicateurs, pas seulement des indicateurs quantitatifs, mais il faut aussi intégrer les comportements éco-responsables dans notre stratégie d’entreprise – Virginie Francoeur

Des stratégies issues de la science seront proposées avec une emphase sur l’Analyse du Cycle de Vie (ACV). Cet événement est destiné aux entrepreneur(e)s et aux décideur(e)s issu(e)s du milieu de l’innovation qui souhaitent développer leur compréhension de la mesure d’impact et s’outiller. »

Intervenants:

  • Mylène Fugère, Directrice exécutive de l’Institut de l’ingénierie durable | Executive Director of the Institut de l’ingénierie durable, Polytechnique Montréal
  • Manuele Margni, Professeur titulaire | Full Professor, Polytechnique Montréal
  • Virginie Francoeur, Professeure adjointe | Assistant Professor, Polytechnique Montréal
  • Paul Shenouda, cofondateur Wilder Harrier et chargé de cours

Quoi retenir?

  • La surcharge de travail est un frein à la mobilisation des employés envers l’environnement. Ça demande un changement organisationnel de la part de la direction, afin de dégager les ressources nécessaires pour y arriver.
  • L’entreprise doit modifier sa culture organisationnelle et assurer la diffusion de messages qui seront appuyés par la direction dans l’ensemble des équipes. Les gestionnaires doivent être des leaders de ces messages dans l’organisation.
  • L’image de marque est importante et on veut souvent l’embellir. Il faut être prudent, car cela peut mener au blanchiment d’impact (Greenwashing).
  • En tant que fondateur d’entreprise, il faut avoir une vision moyen et long terme, qui va au-delà du produit (une vision 360). Il ne faut pas seulement se questionner sur les meilleurs matériaux, mais aussi sur le meilleur emballage, les bons moyens de transport pour les bonnes matières et la contamination potentielle des matières.
  • Il y a, entre autres, beaucoup de blanchiment d’impact (Greenwashing) dans l’industrie, ce qui rend difficile de comprendre l’impact réel de nos choix (exemple : recyclable versus réellement recyclé dans les centres de tri). Même lorsque tout est correct en théorie, la réalité est tout autre en pratique. Il y a encore beaucoup de zones grises et de tests à faire (les matériaux compostables en sont un autre exemple. Sont-ils vraiment compostés ou bien retirés par les centres de tri?).
  • En tant que fondateur d’entreprise, en 2022, les données sont clés. Il faut lire beaucoup de rapports et se tenir au courant des données disponibles. Il faut suivre au fil du temps les études. Les données actuelles sont évolutives et loin d’être finales.
  • L’analyse du cycle de vie (ACV) est un outil d’aide à la décision qui évalue la chaîne de valeur et permet de consolider les indicateurs d’impact à la fin de l’année pour fournir un profil d’impact. l’ACV permet d’identifier les drapeaux verts, jaunes et rouges dans sa chaîne de valeur et permet d’identifier les points chauds et faire des compromis parmi ceux-ci.

Pour aller plus loin

Voici quelques sites Web et documents pour vous outiller dans ce sujet :

💡 Décider dans l’incertitude est déjà assez mauvais, mais décider dans l’illusion de la certitude est catastrophique!

Intégrer l’impact dans le modèle d’affaires des startups que vous accompagnez ? C’est possible !

La théorie du changement et l’impact Gap Canvas (IGC) : deux outils incontournables dans l’accompagnement des entreprises à impact.

Présentation des outils et mise en pratique, immédiate, en partant de vos réalités et de votre modèles d’affaires.

Intervenant.e.s :

  • Julie Hamel, Coach en Innovation Sociale – District 3 Innovation Centre
  • Hugo Steben, Directeur de l’entrepreneuriat social – Maison de l’innovation sociale
  • Solenne Savoia, Gestionnaire de programmes – Esplanade Québec

Quoi retenir?

  • D3 développe un jeu pour ludifier le Impact Gap Canevas (IGC) – ils le mettront sur open source éventuellement – présentement en prototypage.
  • L’IGC sert à approfondir un problème ou une solutions existantes et où l’entrepreneur se trouve à positionner sa proposition de valeur de façon unique. Il sert également à découvrir les angles morts.
  • Il est important de reprendre l’IGC À reprendre à différents stades du cycle de vie de l’entreprise.
  • La Théorie du changement est utile pour clarifier une vision (où aller et comment y arriver), passer d’approche par projet à résultats. C’est un excellent outil de communication et d’adhésion (aussi bien à l’interne qu’à l’externe). Il s’agit d’une plateforme de collaboration et d’une base de suivi et d’évaluation.
  • La Théorie du changement est un processus itératif de théorie du changement globale qui aide à passer de nichée à ciblée.
  • Dans la Théorie du changement, Il est important de travailler à l’alignement des parties prenantes. Il s’agit d’un travail collaboratif. Elle devrait être crédible, atteignable, susciter l’adhésion et testable.

Pour aller plus loin

Voici quelques sites Web et documents pour vous outiller dans ce sujet :

💡 L’innovateur doit sortir de sa coquille d’innovation économique et comprendre comment sa solution s’insère dans le système de santé -Olivier Demers-Payette

Les 𝗖𝗵𝗼𝗰𝘀 𝗱𝗲 𝗹’𝗶𝗻𝗻𝗼𝘃𝗮𝘁𝗶𝗼𝗻 est une série d’événements organisée par 𝗘𝘀𝗽𝗹𝗮𝗻𝗮𝗱𝗲 𝗤𝘂é𝗯𝗲𝗰, premier accélérateur des entrepreneur.e.s d’impact social et environnemental du Québec. Ces évènements mettent en lumière les entrepreneur.e.s accompagné.e.s par l’Esplanade, au travers de séries de pitchs. Dscussion entre 𝗘𝗺𝗺𝗮𝗻𝘂𝗲𝗹 𝗠𝗮𝗿𝘁𝗶𝗻𝗲𝘇, journaliste au sein du journal 𝗟𝗲𝘀 𝗔𝗳𝗳𝗮𝗶𝗿𝗲𝘀 et 𝗢𝗹𝗶𝘃𝗶𝗲𝗿 𝗗𝗲𝗺𝗲𝗿𝘀-𝗣𝗮𝘆𝗲𝘁𝘁𝗲, coordonnateur scientifique au Bureau – Méthodologies et éthique (BMÉ) de l’INESSS. Pitchs de 5 innovations québécoises qui veulent résoudre des enjeux-clés en santé au Québec et qui ont été accompagnées par l’Esplanade.

Quoi retenir?

  • Olivier Demers-Payette a expliqué le rôle d’évaluateur des interventions de santé de l’INESS (Institut national d’excellence en santé et en services sociaux). INESS intervient à la fin de la chaîne d’innovation et base son évaluation sur 5 dimensions : Clinique, Populationnelle, Organisationnelle, Économique, Socio-culturelle. La question à se poser : Est-ce que cette innovation peut s’intégrer dans le système de santé et être bénéfique pour les patients ?
  • 5 startups dans le domaine de la santé ont présenté leur innovation : Api Enfance, Living Safe, Cogni XR Health, MyPL, Nurau.
  • 20% des enfants de 2 à 3 ans au Québec sont touchés par des retards ou troubles du langage, Marie Vézina, fondatrice de Api Enfance, a développé pour eux le programme mots d’enfants en collaboration avec le CIUSSS de la capitale nationale. Ce programme met à disposition des outils d’orthophonie pour soutenir les intervenant.e.s en petite enfance sur le terrain. Plus de 500 familles en ont déjà bénéficié et 100% des utilisateurs ont perçu une amélioration.
  • Pendant la pandémie il y avait 1 préposé pour 71 résidents, ce manque de soins affectent les personnes âgées et épuisent les soignants, c’est pourquoi David Landry a fondé Living Safe ; un système de monitorage intelligent avec radar non-intrusif pour les aîné.e.s qui fournit de l’information en temps réel au personnel soignant. 2 projets pilotes au Québec avec 94 utilisateurs et 1500 unités de soins.
  • 25 à 57% des personnes qui débutent une thérapie liée à un trouble de santé mentale abandonnent à la deuxième séance et 48% des jeunes présentent des signes d’anxiété graves. Cogni XR Health, fondé par Emmanuella Michel, propose une plateforme de télésanté avec des scénarios immersifs de réalité virtuelle pour aider les thérapeutes. On remarque une diminution des symptômes de 90% au bout de 6 séances.
  • Christophe Vergne, fondateur de MyPL (My Personal Lifescope), souhaite améliorer la prise en charge des patients atteints de cancer. Leur solution de visualisation des données des patient.e.s dans un tableau de bord permet au personnel de la santé une meilleure compréhension de leur dossier et de leur état de santé. La solution est déjà déployée en France et MyPL souhaite s’établir au Québec, puis dans le reste du Canada.
  • 8 gestionnaires sur 10 se sentent seuls et souhaitent rencontrer d’autres gestionnaires, mentionne Vivienne Smith, directrice scientifique de Nurau. Nurau a donc développé un réseau d’apprentissage et de formation pour les gestionnaires afin de créer une communauté de soutien et de partage.

Pour aller plus loin

Voici quelques sites Web et documents pour vous outiller dans ce sujet :

💡 Une entreprise florissante est une entreprise qui maintient la possibilité que la vie humaine et les autres formes de vie s’épanouissent sur cette planète pour les générations à venir ». – John Ehrenfeld

Le Flourishing Business Canvas est un outil innovant et utilisé par entreprises et startups afin de se centrer sur l’humain tout en réduisant les impacts négatifs environnementaux. Venez découvrir l’outils et une mise en pratique concrète.

Intervenantes:

  • Ondine Hogeboom, Gestionnaire de Programmes, District 3
  • Fatima Kamenge, Validation Lead, District 3

Quoi retenir?

  • Le Flourishing business canvas supporte la prise en compte du contexte (environnemental, social, etc.) dans lequel notre entreprise évolue, en ajoutant plusieurs dimensions aux “canvas” traditionnels.
  • Outil pour conjuguer performance et enjeux d’impact.
  • L’approche est focalisée sur le “co-design” avec une participation active, à plusieurs niveaux, des parties prenantes.
  • Le langage et les paroles sont fondamentaux – la terminologie du Flourishing business canvas diffère du langage traditionnel du monde des affaires.

Pour aller plus loin

Voici quelques sites Web et documents pour vous outiller dans ce sujet :

💡 Le financement est une aventure au jour 1 qui ne se termine jamais – Alain-Olivier Desbois

Vous vous questionnez l’investissement d’impact et ses outils pour réussir son financement?

🎯 Objectifs du webinaire

  • Comprendre les clés d’un financement réussi.
  • Identifier les spécificités de l’investissement d’impact.
  • Détailler les principaux instruments financiers utilisés actuellement dans le marché illustrés par des exemples concrets.

Animé par Alain-Olivier Desbois, expert en investissement d’impact

Quoi retenir?

  • L’entrepreneur.e doit être conscient qu’il/elle va devoir donner de multiples documents et répondre à une panoplie de questions et qu’il/elle doit avoir connaissance de la bonne terminologie relative à l’investissement. Un participant ayant levé des fonds récemment a d’ailleurs pu mentionner ses difficultés dans son parcours de financement sur ces points.
  • Il y a des aspects clefs à se poser avant d’aller plus loin dans sa recherche de financement : la raison pour laquelle on le fait, comprendre que c’est une histoire sans fin, trouver les bons partenaires, avoir un alignement sur les intérêts (valeurs et vision), connaître ses chiffres et être transparent pour bâtir un lien de confiance.
  • Pour rappel, il existe différents types d’instruments financiers : Dette, équité, Non dilutif et vont être mobilisés selon le stade de développement de l’entreprise. Pour les projets à impact, il existe par exemple des obligations vertes ou soutenables.
  • On voit l’émergence récemment du ‘Blended Capital’ qui est la combinaison de subventions gouvernementales ou à but non lucratif, d’investissements en actions et de prêts bancaires accordés à une startup.
  • Face à un investisseur comment intégrer et démontrer l’impact ? On peut dans un premier temps passer au travers du questionnaire de la certification B Corp et par la suite avoir la certification, puis développer sa propre théorie du changement et développer des indicateurs pour mesurer l’impact comme le crédit carbone (ISO 14060). On peut également axer sa présentation sur les 17 ODD de l’ONU et aller cibler directement les 179 sous-objectifs de ceux-ci auxquels notre projet répond. Intégrer l’impact : Passer à travers du questionnaire de B Corp.
  • Alain-Olivier a aussi évoqué le IMP (Impact Management Project) qui selon lui va devenir la norme dans le milieu de l’investissement d’impact.

Pour aller plus loin

Voici quelques sites Web et documents pour vous outiller dans ce sujet :

💡 L’objectif clef d’un bon pitch c’est de susciter l’action ! – Joseph El-Khoury

Comment convaincre investisseurs et clients potentiels d’une idée, d’un produit ou d’un service à impact social ou environnemental ?

Partage d’une structure de communication et astuces pour améliorer ses pitchs.

Avec la participation d’une startup alumni ayant participé au Parcours d’impact social du Pôle IDEOS.

Intervenant : Joseph El-Khoury, Chargé de projet – Ideos – Pôle gestion de l’impact social

Quoi retenir?

  • Les étapes d’un bon pitch : informer, séduire, engager.
  • Important de nommer ce dont le projet a besoins pour atteindre les prochaines étapes (les ressources pourraient être proches, dans l’audience).
  • Le format persuasif proposé : le format S (Situation – la problématique), I (Idée – présentation synthétique du projet), M (Mécanisme – en évitant trop de détails et technicalités), A (Avantages – comment on répond à la situation au début, on “ferme la boucle”), C (Conclusions – les besoins concrets que nous avons).
  • Il faut, avant de pitcher une solution ou un projet, s’assurer que la problématique est maîtrisée.
  • Situation : faire sortir les quelques chiffres (des chiffres clés marquants) qui donnent une synthèse (avec force) de la problématique (par exemple la technique de “Saviez-vous que…”).
  • Idée à intégrer dans le pitch : juste une phrase, synthétique, puis faire une petite pause.
  • Mécanisme : un très bon outil pour le mécanisme (comment ça fonctionne) est d’utiliser la théorie du changement, qui permet de définir et renforcer la chaine logique d’impact, mais aussi de catégoriser et prioriser les activités.
  • Avantages : donner 3 bonnes raisons (éviter la liste trop longue) et les avantages par rapport à ce qu’apporte par rapport aux autres.
  • Conclusions : appel à l’action avec proposition de quelques prochaines étapes simples et précises, faire passer le message que l’effort est collectif.

Jour 5 - 18 novembre 2022

Enregistrement du Webinaire

💡 « L’intérêt des banques et des institutions financières canadiennes ont un intérêt pour aller au-delà des analyses ESG. N’attendons pas la réglementation, allons de l’avant » – Axel Bonaldo

💡 « En l’absence de standards [pour la notation des l’impact chez les startups], vaut mieux commencer petit, mais commencer quelque part » – Catherine Bérubé

A nous de le découvrir avec cette conversation entre monde de l’investissement et startups à impact.

L’occasion de découvrir des pistes de solutions / réflexions sur le financement et l’investissement d’impact, pour les startups, investisseurs et autres acteurs de l’écosystème startup montréalais.

Intervenant.e.s :

  • Martin Larocque, Co-fondateur de Electrocarbon, fondée en 2019, Electro Carbon a pour mission de convertir le dioxyde de carbone, un des principaux gaz à effet de serre, en produits chimiques à valeur ajoutée et ainsi contribuer significativement à la lutte contre le changement climatique.
  • Catherine Bérubé, PDG, Cycle Central, v.-p., développement durable, relations avec les investisseurs et affaires publiques Cycle Capital et Cycle Momentum.
  • Axel Bonaldo, Director, Business Development, Impak

Modératrice:

  • Chantal Thieblin Goffoz, Directrice, impact et développement durable chez Evol

Quoi retenir?

  • Dans le monde de la finance et de l’investissement, la mouvance est d’aller au-delà des données extra-financières (ESG), mais aussi de générer un impact positif pour l’environnement. Impact= Imputable, mesurable, net positif
  • Quand on parle avec des industriels, on peut comprendre que les enjeux de décarbonisation sont importants pour régler la crise des changements climatiques.
  • Les fonds en capital de risque ne sont pas des fonds philanthropiques. Ils recherchent un succès financier. Mais certains acteurs, comme Cycle Capital, développent un système pour aussi soutenir un impact environnemental. On peut donc cibler davantage tel ou tel investisseur pour initier la conversation.
  • On peut déjà imaginer la définition d’une entreprise à impact si elle apporte une solution à une problématique sociétale ou environnementale tout en étant profitable.
  • L’Europe a 6 ans d’avance sur l’Amérique du Nord sur deux plans : le discours autour de la finance durable et la réglementation sur les devoirs des entreprises concernant, entre autres, le reporting extra-financier.
  • En Amérique du Nord, très peu de fonds observent d’autres mesures extra-financières et en matière d’impact, mais ça débute.
  • Pour les startups, commencez par évaluer les données matérielles, notamment les émissions évitées. Toute startup n’est pas égale, surtout dans le moyen d’arriver à intégrer l’impact.
  • L’impact n’est pas une industrie. Il existe plusieurs réseaux : des anges investisseurs qui ont une adéquation avec les valeurs de l’entreprise; des fonds verts, comme Blue Vision Capital, surtout qui sont soutenus par des fonds publics; et du soutien financier non-dilutif.
  • Un investisseur en amorçage ou en démarrage (pre-seed, seed, Series A) ne demandera pas les mêmes éléments pour la reddition de comptes qu’un investisseur en croissance (Series B+), surtout en termes de notation d’impact. Similairement, les entreprises ne doivent pas être vues comme des machines à reporting, d’où l’importance de voir la différence de capacité entre une entreprise publique (cotée en bourse) et une startup (avec quelques employés).
  • Préparez-vous! Vous serez confronté à cette reddition de compte, autant en terme financier qu’en terme d’impact.

Pour aller plus loin

Voici quelques sites Web et documents pour vous outiller dans ce sujet :

💡 “L’échec, c’est nul, mais ça instruit.” – Nathalie Riviere

Des histoires d’entreprises qui font faillite, des accords avec des partenaires qui échouent, des produits qui doivent être rappelés, nous racontons tout.

Témoignages de trois startups à impact:

  • Negin Ashouri, CEO et co-fondatrice, FemTherapeutics
  • Collins Oghor CEO et co-fondateur de Collogh Cares
  • Nathalie Rivière CEO, Commetta Communications Inc.

Quoi retenir?

  • Fuckup Nights a offert trois beaux moments de vulnérabilité, en 7 minutes les participants ont pu raconter leurs échecs et ce qu’ils ont appris de cette expérience.
  • Quatres leçons à retenir :
    • Travailler dans un environnement en adéquation avec ses valeurs et bien se connaître.
    • Être bien entouré et conseillé au niveau juridique et ne pas faire confiance trop vite en affaires.
    • Être prudent dans le choix de ses partenaires d’affaires.
    • Ne pas investir pas trop d’argent personnel dans le projet que l’on développe.

Pour aller plus loin

Voici quelques sites Web et documents pour vous outiller dans ce sujet :

En collaboration avec